À l’envers, à l’endroit le retour 3

On en était là de mes pérégrinations (c’est-à-dire à déambuler comme une grosse poule perplexe dans la rue la plus pentue du monde en suant du dos).
J’ai fini par rentrer dans un magasin de vêtements pour bébé pour demander un trombone pour essayer d’ouvrir la planque à puce et souffler dessus (je viens d’ailleurs de vous livrer l’intégralité de mes connaissances techniques au sujet de la réparation de smarteuphoneuh).

Ça n’a pas marché (vous n’êtes sans doute pas surpris, moi si car je venais de TOUT DONNER). Au final je suis retournée lire les petites pancartes dont celle qui disait « mais c’est ici calme-toi » et je suis montée… en avance. Oui car en avance.
J’ai donc eu le plaisir de squatter, habillée intégralement en noir (le matin j’avais un truc je devais m’habiller bien et quand on me dit de m’habiller bien je m’habille en noir et croyez bien que comme il avait fait par surprise 22°C j’avais eu pas mal de temps pour penser à ma vision de l’élégance pendant que j’arpentais la rue) dans un endroit intégralement recouvert de sciure de bois, pendant que les formateurs faisaient leur pause et mangeaient des burgers et que je faisais sécher mes aisselles, on était tous ravis.
Aussi, le téléphone était toujours bloqué. A ce stade, ma stratégie c’était de le laisser se décharger à fond et que peut-être qu’en le rallumant, bon. (Si un jour il se passe un truc grave techniquement genre faut envoyer quelqu’un dans l’espace ou réparer une ogive nucléaire surtout pensez à moi).
En attendant j’ai emprunté le téléphone pas smarteuh mais qui FONCTIONNAIT, LUI, du mec de la formation, pour envoyer des textos à une des deux seules personnes dont j’ai réussi à ne pas oublier le numéro de téléphone pour qu’elle appelle quelqu’un qui pourrait appeler quelqu’un qui pourrait prévenir le quelqu’un chez qui je devais dormir que j’étais perdue et qu’il n’y avait pas moyen de me joindre (stratégiiiiiie quand tu nous tiens).
Après une autre personne est arrivée en avance et j’ai envoyé un mail car Gmail c’est le démon mais lui il mémorise tous tes contacts) pour dire que CF ci-dessus. Et j’ai proposé un rendez-vous au pif total à une heure de pif totale à un arrêt de métro dont je pensais qu’il était stratégique (spoiler alert : non, mais bon si je suis encore vivante à vous raconter ça c’est que j’ai pas fini morte de faim sur un trottoir en même temps).

Enfin, on a commencé la formation.

Enfin, pas directement parce que du coup tous les gens à qui j’avais emprunté leur téléphone pour envoyer des textos avaient les fesses qui vibraient, donc enfin mais avec un interlude de fesses qui vibrent.

D’abord on nous a montré des scies japonaises en nous disant qu’on allait utiliser ça et j’étais très impatiente parce que déjà l’autre jour je me suis fait une luxation de truc en respirant, IMAGINE UN PEU ce que je peux faire si tu me fous une scie dans la main ! Elles étaient très belles ; le type nous a dit avec l’air entendu que contrairement aux scies classiques tu sciais en tirant et non en poussant et tout le monde a pris l’air très entendu pour dire « ahaha mais oui », perso j’avais rien scié depuis 1989 donc j’ai rigolé avec car j’ai un rapport problématique à la solitude vis-à-vis du groupe mais ça démarrait sur les chapeaux de roues.

Ensuite il a expliqué comment il fallait saisir la scie et c’était très précis bien sûr alors j’ai tout bien écouté et j’ai mimé le geste avec mes mains. Il a parlé des dents, d’angles et d’autres choses et j’étais toujours très contente, mais je comprenais plus rien (mais j’étais quand même contente).

Ensuite le monsieur qui était très gentil et m’avait prêté son téléphone a dit allez c’est parti et on a eu le droit de prendre les scies. J’en ai pris une avec un manche noir que je trouvais très belle et le type a dit :  » alors par contre il y en a certaines qui coupent mieux que d’autres, ceux qui ont pris une scie avec le manche noir, c’est les moins efficaces, on essaiera de changer au cours de l’exercice », j’étais un peu déçue et puis je me suis souvenue du jour où je m’étais coupée avec une poire et je me suis dit est-ce, au fond, vraiment une mauvaise chose – et puis ça coupait quand même.

Finalement la formation a commencé.

3 avis sur “À l’envers, à l’endroit le retour

  1. Répondre Pffffff avr 1, 2019 06:46

    « une luxation de truc en RESPIRANT »??
    Ça me rassure: la semaine dernière, je me suis fêlé une côte en toussant. Bien.

  2. Répondre Super Salade avr 2, 2019 19:43

    Arf, en respirant? c’est fâcheux…

  3. Répondre Deryn avr 6, 2019 10:42

    Respirer c’est très mauvais pour la santé, tout le monde vous le dira.

Laisser une réponse