À l’envers, à l’endroit* 5

Salut les Merlus,

Est-ce que j’ai vraiment besoin de vous dire que je suis désolée ? Désolada sorry sientate y calliate. À ce stade je me demande si ça n’est pas mieux de me considérer comme une sorte de tante un peu farfelue et vaguement décalée qui oublie quel jour on est et vient très sincèrement vous souhaiter une bonne année en mars.

NONOBSTANT, pour une fois j’ai un truc à vous raconter (oui la grosse raison pour laquelle il ne se passe rien sur ce Beulogue, au-delà bien entendu du fait que la Macronie me donne par ricochet envie d’en foutre le moins possible, c’est qu’il ne se passe rien dans ma vie. Eh oui. La voilà la vie des blogueurs stars ! Des lessives de chaussettes, de l’open-space et du concombre qu’on achète mais qu’on ne mangera pas parce que sincèrement es M&M’s c’est meilleur et que de toute façon on va tous bouillir lentement et se transformer en gros gigots d’ici à 2025 donc autant avoir l’air d’un gros gigot APPÉTISSANT.) (Ah ça vous avait manqué mes parenthèses de quatre ans de long hein? )(Non ? ) (Comment ça non ?).

Un truc COOL, mais surtout, une de ces petites aventures incroyables dont j’ai le secret. (Accrochez-vous à vos combizlips).

ADONCQUES.

Un brin fatiguée de m’entendre me plaindre que je ne fais rien de ma vie à part contribuer à détruire le monde avec mon bullshit job d’open-space où je consomme de la bande-passante pour rien pendant que la bande-passante de mon Destin défile sous mes yeux mais sinon en ce moment j’ai la patate pas de problème, Gonzague un brin soulée donc, m’a fait un super cadeau : une mini-formation à l’ébénisterie !
Hiiiiii !
L’ébénisterie j’ai toujours trouvé ça trop classe. Ça et la restauration de tableau ; parce que dans la restauration de tableaux il y a un moment où ils mettent une grosse couche de chais pas quoi dessus et après ils nettoient au coton-tige et moi j’aime beaucoup les cotons-tiges d’une part, mais d’autre part ça te donne l’impression que la restauration de tableau c’est juste foutre de la Nivéa sur une pièce unique qui date du 14è siècle pis après éponger au coton-tige et roule ma poule (bien sûr que ce n’est pas le cas mais ça SEMBLE être le cas et j’ai toujours trouvé ça MAGIQUE).

Donc me voili voilou partie vers ma mini-formation à l’ébénisterie, à travers les rues avec mon sac à dos un peu lourd (quand tu as une aventure qui commence comme ça, il y a souvent un sac à dos un peu lourd et des chaussures à talons, l’aventure ça te tombe jamais dessus quand tu as des rangers et ton couteau-Suisse sinon c’est PAS DRÔLE).

D’abord, j’ai fait un truc assez intelligent (en plus de mettre un sac à dos et des chaussures à talon, donc) : je me suis trompée d’heure. Pas dans le sens où c’est grave et où tu arrives super à la bourre ; non, dans l’autre sens, celui qui te fait transpirer beaucoup, pour rien.
Ensuite, j’ai fait un autre truc super intelligent : j’ai récemment cédé aux sirène du smarteuhphoneuh qui te fait la musique la carte l’heure et la tarte aux pommes, en gros j’avais donc zéro plan sur moi, juste le téléphone, qui, alors que j’arpentais la même rue pour la huitième fois dans un sens puis dans l’autre parce que je croyais que j’étais en retard et que donc j’étais stressée et je voyais pas la petite pancarte qui disait « C’est ici arrête de suer c’est dégoûtant », a totalement planté.
Bien sûr, avant de réaliser à quel point ça allait être compliqué sans téléphone oùsqu’il y a tout dedans, ma première pensée a été « merde j’espère qu’il va pas se redéclencher sans prévenir et envoyer du Sean Paul à fond » et que celui ou celle qui n’a jamais écouté du Sean Paul dans les moment d’adversité me jette le premier popotin géant.
Ensuite seulement j’ai paniqué parce que donc un j’étais : perdue, deux : en retard, trois : suante, quatre : j’avais pas l’adresse où je devais aller après pour dormir, cinq : j’avais pas le numéro de la personne chez qui je devais dormir, puisque tout
était
dans
mon
téléphone.

( à suivre, mais je vous mets ceci pour la référence au popotin géant histoire que vous soyez pas perdus, et puis de toute façon il faut voir ça, ce serait dommage de manquer une vidéo aussi improbable)

*Je connais encore toutes leurs chansons par cœur, c’est terrible.

5 avis sur “À l’envers, à l’endroit*

  1. Répondre Clo mar 27, 2019 15:53

    OOoh, serait-on devant une aventure aussi longue et palpitante que la randonnée de l’enfer?

    Tata Pétronille, ça sonne bien!

  2. Répondre Pétronille mar 27, 2019 19:09

    Non, car ça n’a duré que 3h et pas 3 jours, mais après il y aura plein de LundisBisous et à l’occasion on va se reparler de cette vidéo.

  3. Répondre Pffffff mar 27, 2019 22:32

    Tellement jouasse de vous lire à nouveau !!

  4. Répondre Ouais mar 28, 2019 00:10

    En honneur à ma tante, grosse connasse bigote, pourquoi pas! Vous voilà ma tantinouche pétronillée!

    Si vous étiez Super Endive alors je pourrais éventuellement vous aimer comme les mantes religieuses se délectent de punaises (oui je sais Cents Doutes, c’était votre bestiole à vous (d’ailleurs qu’est devenu votre compagnon? (non parce que on peut se poser des questions surtout de nos jours (ps1: je fais ce que je veux avec les parenthèses alors MERDE!!!
    Ps2: veuillez vérifier la bonne fermeture de mes parenthèses SVP.
    Ps3: oui ben oh!)))) () (chiottes à Etron monarchal en marche vers la Démonarchie)

  5. Répondre Deryn mar 28, 2019 14:21

    Voilà qui semble palpitant, hâte de lire la suite !

Laisser une réponse