Il fait trop chaud pour travailler 4

Il ne vous aura pas échappé que je ne suis pas là en ce moment (ahahah = ces trois dernières années). J’espère que ça ne vous rend pas trop tristounes. Moi en fait, non, je pensais que si, mais non. Et pour cela je peux remercier bien sûr l’espace mental non-disponible : pendant très longtemps laisser le Beulogue à l’abandon me faisait stresser et culpabiliser, et en fait maintenant, je n’ai même plus la réserve pour y penser.

Ceci étant dit, ça reste quand même un lieu privilégié pour venir me plaindre, or, vous le savez, me plaindre est une activité qui me plaît particulièrement, surtout quand il fait chaud. Et, SCOOP. Il. Fait. Très. Chaud.

Pour fêter ça, une petite Liste de l’Enfer spéciale Pli Qui sue.

 

Quand il fait chaud :

  1. Tu sues d’endroits que tu avais oublié que tu pouvais suer de. (Cette phrase est excessivement claire, je vois pas le problème). Genre l’entre-sourcil ou l’aile du nez. Oui je n’en suis plus à vous dire des trucs genre « ohlala j’ai le pli de coude moite » ou « j’ai le sillon interfessier qui pourrait faire office de Grand Splatch à Aqualand », on a dépassé ce stade vous et moi, on parle de vraies choses, de territoires inexplorés.
  2. Les autres gens suent. Et ça, c’est terrible. Surtout en Parisie. Car en Parisie, il y a le métro. Prenez des douches, bordel. Et je ne parle pas des personnes qui n’ont peut-être pas les moyens de de laver. Non. Je parle des connards en chemisette avec des montres chères et des smartphones à 2 couilles en or.
  3. Tu vas à des endroits frais et tu culpabilises. La clim c’est le mal. A New-York, ils ont estimés que si on coupait toutes les clims individuelles (= le Démon), la température de la ville diminuerait de 2°C. Paris c’est pas encore trop le festival de la clim à domicile, mais ça commence. Et en même temps, ça se comprend. Tu peux acheter un appareil qui va faire que tu vas de nouveau pouvoir respirer, dormir, manger, niquer (par ordre d’importance pour moi, mais je vous laisse réajuster selon vos propres critères), pourquoi te priver ? Si Nicolas Hulot a 6 voitures de luxe, pourquoi toi Jean-Mi qui bosses comme un con pour te payer ta Twingo, t’aurais pas le droit de t’offrir une clim, hein ? Alors que c’est en vente libre ? (Me faites pas partir sur la responsabilisation/ culpabilisation des particuliers sur les questions énergétiques pendant que le gouvernement pousse le tout-camion et fait Paris-Lille en Falcone, ça va me rendre EXTRÊMEMENT IRRITABLE). (D’autant plus que ça marche.) (Je me sens coupable.)
  4. Les seuls trucs que tu aurais envie de manger sont mauvais pour toi (au hasard, des litres et des litres de sorbet à la mangue).
  5. Les trucs qu’on te propose de manger sont nuls (pas au hasard : le concombre. Le seul truc plus nul que le concombre c’est Laurent Wauquiez, ET ENCORE.)
  6. La nuit tu dors pas et/ ou mal, et dès le matin le soleil darde ses rayons meurtriers dans tes petits yeux bouffis.
  7. Les villes cuisent sur place et tous leurs délicats fumets en sont exaltés. Le pipi. Le Vomi. (Ça çay Parree !)
  8. Comme des fois tu as l’impudence, par 39°C, de sortir bras nus, tu te fais traiter de pute. (Pour tenir un propos 100% honnête il convient de préciser que de toute façon quelle que soit la manière dont tu t’habilles, tu te fais traiter de pute. Mais en été des fois ces connards arrivent à te convaincre que c’est mérité. Je les hais. Je les hais. Qu’ils chient des Lego.)
  9. Les seules personnes qui restent à proximité pour aller boire des coups sont comme toi : très pâles, fauchés et sur le fil du rasoir de la dépression. Du coup c’est mieux de pas les appeler.
  10. De toute façon si jamais tu les appelles ils vont te proposer d’aller boire des coups en terrasse. Au soleil. Qui sont ces gens ? Pourquoi sont-ils dans ta vie ? Comment peuvent-ils te connaître aussi mal ? L’amitié, comme le disait Desproges, n’est-elle que la possibilité d’être déçu ?
  11. Ou d’aller faire des pique-nique. Mais sérieusement. SÉRIEUSEMENT. Ou sinon tant qu’à faire on pourrait se donner rendez-vous à Aquaboulevard pour boire l’eau du pédiluve non ? Ce serait SympÂh.
  12. Il y a plein de films à la con qui sortent, des block-busters rigolos avec plein d’explosions, mais personne veut y aller avec toi parce qu’il paraît (mais les gens je vous jure, ils sont vraiment chelous) que tu râles tout le temps.

 

 

4 avis sur “Il fait trop chaud pour travailler

  1. Répondre Ouais août 6, 2018 18:58

    Impératoche, vous voilà enfin!!! C’est cool de vous entendre à nouveau!

    Bon il faut bien avouer qu avec les planètes crevées nous avons passé l’aspirateur d’oxygène au-dessus de la ďécapitale JFKienne14 intraterrestre pour faire monter la température histoire de vous faire sortir de votre trou de boulot, histoire de vous plaindre. Et poutch vous voilà.

    Quelle réussite totale!!!

    Que dire, transpirer du cul ou du sexe c’est déjà la preuve qu’on est.

    Transpirer est signe de bon fonctionnement.

    Puer est un mode communication ancestral.

    Un ami est une source d’emmemerdement qui nous fait dire que nous, au moins, on est moins chiants. Cratch grotch… couitch….

    Crrrrr….

    Ici l’infâme Draculouais, gnarc gnarc gnarchssss… (ici Albert le poireau qui se pensait chieur, en ce moment Ouais est insupportable mais moins quand même que votre chef du néo Sac d’escargots…)

    Monsieur Albert je voulais juste dire que le monde recule et que la femme va finir à nouveau à ce rythme nonne dès son adolescence pour rester l’icône ou la vieille peinture murale dont son connard de conjoint peut être fier!!!

    Ici sous pastisvitesse nous pensons à vous Impératoche.

  2. Répondre Clo août 7, 2018 07:36

    Oh, un nouveau billet! Ca faisait longtemps (ce qui n’empêche que je passe encore quotidiennement sur ce blog que je lis depuis… depuis… hem, depuis bien trop longtemps pour ne pas avoir un sacré coup de vieux en le disant…), même si je commente peu je glousse beaucoup à venir redécouvrir les articles. C’est toujours un petit coup de frais dans mon quotidien.

    La chaleur… A noter que pour la clim, mes parents (chez qui je ne vis plus, et c’est triste, parce qu’eux ont la clim et pas moi) ont installé un système combiné de pompes à chaleur ET de panneaux solaires, ce qui produit de l’énergie pour rafraichir la maison avec des radiateurs/clim électriques (alimentés, donc, par les panneaux solaires). Quand il fait super ensoleillé comme maintenant, ils peuvent donc climatiser la maison uniquement avec l’énergie solaire. C’est simple, c’est beau, c’est presque écolo.

    Je pense néanmoins que les étés caniculaires sont une conspiration des zones où il fait un temps de merde habituellement. Je suis Belge, mais il m’arrive de regarder les chaines françaises, et je constate que les Bretons, habituellement moqués pour être « la zone toute pourrie où il pleut tout le temps » est quand même ZE zone de la fraicheur en Francie. La revanche?

  3. Répondre Super Salade août 8, 2018 06:22

    Je peux pas impunément vous laisser le point 11 sans réaction (oui cette phrase est parfaitement claire aussi). Les pique-nique (ça s’écrit comment au pluriel? Je vous laisse ajouter les s, x, w où vous l’estimez nécessaire) c’est BIEN. Parce que l’herbe c’est pas sale, contrairement au pédiluve ou à la Parisie (les villes, en fait). Oui je vis en ville aussi, de Provincie, certes… On peut s’asseoir dans l’herbe sans attraper le tétanos ou la peste bubonique, promis!
    Ouais je sais, je m’emballe pour rien.
    C’est marrant que vous trouviez personne pour venir voir des films d’explosion avec vous, le cinéma étant climatisé, ça semble tentant…
    Et sinon, oui moi aussi je transpire d’endroits que je pensais non transpirables. Genre du cul, mais pas du sillon, nan, de la fesse jouflue.. Parce que j’étais en culotte chez moi (mon patron refuse que je sois en culotte au boulot, allez comprendre), mais que la culotte, c’était déjà TROP de vêtements (mais s’asseoir cul nu où que ce soit, c’est pénible).

    Enfin bref, ma vie est certes fascinante, mais surtout, Impératrice: OUIIIII vous êtes reviendue!

  4. Répondre Cent doutes août 11, 2018 11:54

    Double joie aujourd’hui, je peux fêter le retour des températures clémentes et celui de l’impératrice !!!

    En espérant que vous reviendrez vous plaindre avant la prochaine canicule (si vous avez du mal à trouver un sujet de râlerie, je peux vous aider, je suis déjà au niveau experte).

    Sur la transpiration collective, pour avoir testé les transports en communs de la capitale en été, je ne peux que confirmer vos propos : l’enfer c’est la sueur des autres ! (eurk la barre de métro glissante…)

    Ici en région nous avons tout de même un avantage sur la Parisie, c’est que la canicule ayant fait suite aux inondations (oui personne ne l’a su l’actualité était squattée par onze garçons en short et il ne s’est donc rien passé d’autre en France), cette sacrée canicule est donc arrivée accompagnée de son armée de moustiques… Tu voulais aérer pour passer la nuit au frais ? N’y pense pas, à moins de vouloir faire un don du sang illimité… Choisir entre deux calamités,quoi.
    Et ce n’est peut être pas terminé, hier j’ai vu un criquet chez moi, j’ai pensé aux 7 plaies d’Égypte, gloups.

Laisser une réponse